Ben non mes cocos, vous
      n'avez pas tous les droits!

«J’ai le droit!»

Avant même de savoir réciter l’alphabet,

vous me hurlez ça dans les oreilles.

Mais on va régler ça une fois pour toutes.

Je n'avais jamais

...que la vie est belle, qu'elle nous fait parfois de magnifiques cadeaux. Comme toi! Mais lorsqu’on reçoit un tel présent, on réalise tout ce qu’on a à perdre. Je n’avais jamais aimé la vie au point de craindre autant la mort!

LLL
Les Congés de maternité

Au premier bébé, on maudit le mot débutant par la lettre «C» dans congé de maternité. Additionner les chiffres de nuit et de jour, s’inquiéter, porter 36 chapeaux, prévoir l’imprévisible… On s’ennuie de cette vie dans laquelle nous devions être utiles huit heures par jour et méritions repos et oisiveté les seize heures suivantes.

DIS-MOI! TU COURS APRÈS QUOI?

On court. Comme s’il y avait un espoir de gagner la course. On court. Vers la fin. On va tous finir dans une boîte. En entier ou en mille miettes. Pourquoi s’y rendre plus rapidement? 

Maman, j'aimerais que tu saches...

À toi et à tous les grands-parents persuadés que Noël crée un beau prétexte pour déclencher une catastrophe écologique, sachez que nous ne dénigrons pas vos valeurs. Elles nous ont enveloppés dès le berceau et nous avons grandi, appris à travers elles. C’est ce même bonheur d’enfance que nous souhaitons revivre avec notre progéniture… en l’adaptant légèrement, dans l’air du temps.

Parcelles de vie

...Opinions et récits

des petits bouts ici et là

Titre 5

   Noel sans lui

Dans ma famille, Noël n’est pas seulement la fête du gros barbu, mais aussi celle de mon papa, prénommé Jean-Noël parce que né un 25 décembre. Chaque année, après le décompte des 10 secondes précédant la Nativité, les membres de ma famille crient « Joyeux Noël et bonne fête, papa! » (devenu « Bonne fête, Papi! » il y a plus d’une décennie.) Je ne me souviens pas d’un seul 25 décembre sans lui… avant celui-ci.

Tu peux pas savoir, t'as pas d'enfants!

Devenue maman au début de la trentaine, j’ai eu l’occasion de l’entendre régulièrement celle-là. Comme si le discernement germait dans le ventre plutôt que dans la tête!

L'accouchement qui nous choisit

Alors à toi qui prônes l’accouchement naturel pour tous, l’allaitement et le portage, sans vouloir t’offusquer, je voudrais te demander de t'occuper de ton ventre, de tes seins et de ton dos.

Les meilleurs parents sont ceux qui n’ont pas d’enfants

On préfère déposer les petits dans des milieux calmes, avec des gens qui pourront offrir tout leur temps à un seul mioche. C’est leur portrait de la famille idéale. Un portrait vierge sur lequel on peut projeter le meilleur comme le pire. Un portrait sans faille… mais sans preuve non plus.

La dictature de la bienveillance

La bienveillance n’est pas un mode d’alimentation ni un dictionnaire des mots à employer auprès de ses enfants. 

Titre 5

Seule dans l'9ignorance

Non seulement des gens sur Facebook savent, mais ils offrent gratuitement leur expertise à tous ceux qui veulent les entendre (…ou pas)!

Titre 5
Titre 5

Être zen ou bonne citoyenne

Faute de trouver le commerçant du temps, j’ai dû me contenter des vendeurs de conseils.

Lorsqu’elle songe au futur, aucune gamine ne projette de se greffer à une famille. La greffe comporte beaucoup trop de risques. Les fillettes rêvent de créer leur nid, leurs poussins, à leur rythme. Elles rêvent d’un prince, d’une balade à cheval, d’un mariage somptueux, d’un château, de fabriquer des petits, beaucoup, mais un à la fois.

À MILLE LIEUES D’UN                CONTE DE FÉES
La saga de l'Halloween 2019

Sur mon mur, une maman saluait ce vent de changement parce que son fils avait le rhume le « vrai » jour de l’Halloween. (Chère maman, je suis navrée pour ton petit morveux, mais tu sais qu’il n’a pas fini d’en manquer des événements Fiston, pour des raisons de santé ou autres. Éventuellement, demanderas-tu à son meilleur ami de changer sa date d’anniversaire afin que Fiston grippé puisse y participer?)

Déjà un an que t'es parti

T’as jamais pu nous faire tes adieux comme tu l’aurais voulu. Quand t’as su que c’était le dernier chapitre, t’étais déjà plus tellement toi.

Des blessures et une valise

Si quatrième il y a, il ne sera pas tissé de la même laine, il aura quelques mois, un prénom, des cheveux, des blessures et une petite valise.

Ce feu qui m’énergise et me consume. Avec lui, je peux soulever des montagnes.

Mais à quoi bon? Pour les trimballer où et pourquoi? J’ai peut-être accompli deux ou trois trucs grâce à mes montées de lait. J’en ai sans doute détruit le double.

La colère qui me gruge